La DMLA, et si vous faisiez le test dès maintenant ?

La DMLA est la première cause de malvoyance, en France, chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Un million de personnes sont atteintes par une forme plus ou moins sévère de la maladie. Une personne sur 4 après 75 ans et 1 personne sur 2 à partir de 80 ans seraient concernées par la DMLA.

Le test de la grille d’Amsler peut permettre de dépister rapidement les symptômes de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge. Placez-vous à une distance de lecture confortable de votre écran (environ 25 centimètres) et fixez le point central :

  • avec vos lunettes correctrices ou lentilles si vous en utilisez
  • un œil à la fois (couvrez l’autre œil sans le presser)

 

Test DMLA grille

 

Toutes les lignes devraient être droites, toutes les intersections devraient former des angles droits et tous les cadres devraient être de la même taille. Les personnes atteintes  de la DMLA voient des lignes déformées, interrompues ou brisées, parfois des zones floues ou aveugles.

grille courbe

La DMLA, qu’est-ce que c’est exactement ?

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge plus connue sous le nom de DMLA est une affection oculaire évolutive particulièrement fréquente chez les personnes de plus de 50 ans. Elle engendre plusieurs symptômes :

  • Une gêne visuelle ou un besoin d’éclairage plus intense pour lire et faire des tâches minutieuses,
  • Une diminution de l’acuité visuelle, des difficultés à percevoir les détails,
  • Une perception altérée des couleurs et des contrastes, des images ternies,
  • Une déformation, une distorsion des lignes droites qui semblent ondulées, courbées,
  • L’apparition d’une tache sombre noir ou grise au centre du champ visuel

flou DMLA tache sombre centrale Déformation Contraste faible

La DMLA, quelles en sont les causes ?

Le premier facteur de risque de la DMLA est le vieillissement qui entraîne un vieillissement de la rétine. D’autres facteurs de risque avérés sont aussi impliqués comme le tabagisme. L’hypertension artérielle, la dyslipidémie, l’obésité, la cataracte ou une carence en micronutriments antioxydants pourraient également jouer un rôle dans le déclenchement de la DMLA mais ces facteurs ne sont pas confirmés. Cette maladie peut apparaître fréquemment chez certaines familles et se faire rare chez d’autres, montrant une potentielle hérédité.

Les deux formes de la maladie :

On distingue deux formes avancées de DMLA, la forme « sèche » et la forme « humide » qui ont le même impact sur la vision mais ont des vitesses d’évolution différentes.

  • La forme atrophique ou « sèche » de la DMLA: la maladie évolue lentement, et se caractérise par une disparition progressive de cellules de la rétine avec un amincissement de la macula.
  • La forme exsudative ou humide : cette forme de DMLA évolue rapidement, elle se caractérise par le développement de vaisseaux anormaux dans la macula. Ces vaisseaux sont fragiles et laissent échapper du liquide, et parfois du sang, s’accumulant au sein de la rétine qui vont être responsables des troubles de la vision. La vue baisse brutalement et il est indispensable de consulter en urgence un médecin ophtalmologiste.

 

L’évolution de cette pathologie oculaire 

La macula, cette zone située au centre de la rétine assure la vision de précision et transmet au cerveau 90 % de l’information visuelle. Tout commence par des taches pigmentées qui apparaissent dans le champ de vision. C’est le premier stade de la maladie.  Le vieillissement des cellules de la macula peut ensuite conduire progressivement à la perte de la vision centrale. La vision périphérique n’est cependant pas affectée. Les activités habituelles, notamment la lecture, l’écriture, la reconnaissance des personnes et des détails, la conduite automobile deviennent difficiles voire impossibles. Cette détérioration de la vue retentit considérablement sur le quotidien des personnes et peut être très invalidante.

 

Le dépistage

La DMLA est une pathologie silencieuse, qui évolue de façon asymptomatique. Il est donc nécessaire de consulter régulièrement un ophtalmologiste, afin qu’il détecte les éventuels signes précurseurs de la maladie. À partir de 50 ans, une visite annuelle chez l’ophtalmologiste est conseillée.

Plusieurs examens permettent de diagnostiquer l’apparition d’une DMLA, sa forme et son stade d’évolution :

  • L’examen du fond de l’œil qui permet de mettre en évidence certaines anomalies caractéristiques d’une DMLA
  • L’angiographie qui consiste à photographier les vaisseaux de la rétine après injection intraveineuse d’un colorant fluorescent
  • L’OCT qui permet une exploration anatomique des couches de tissus constituant la rétine

 

Les traitements contre la DMLA

Le dépistage précoce de la DMLA est essentiel : plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus les traitements sont efficaces. La forme exsudative « humide » bénéficie de différentes solutions pour limiter sa progression.
Selon la localisation et le stade de la DMLA exsudative, l’ophtalmologiste pourra envisager le recours à différentes méthodes :

  • D’injections de médicaments « anti-VEGF »dans le vitré de l’œil pour freiner la prolifération des néo-vaisseaux.
  • De traitements combinés(ex. : injection de vertéporphine par voie intraveineuse puis laser).

Si la DMLA atrophique ne bénéficiait jusqu’à présent pas de traitement actif, une étude récente menée par une équipe américano-grecque est porteuse d’espoir pour les patients atteints. En effet, dans le cadre de cette étude, la prise à forte dose d’un médicament qui agit sur le cholestérol, l’atorvastatine, a permis de freiner la maladie. Dans l’hypothèse où ces premiers résultats encourageants seraient confortés par d’autres études menées sur un nombre de patients plus important, ce traitement préventif permettrait, dans certains cas, de ralentir la maladie avant même l’apparition de troubles visuels.

Dans le cas où un traitement ne serait pas possible ou suffisamment efficace, la rééducation basse vision peut être une solution pour compenser la chute de la vision centrale. Elle apprend au patient à développer la vision périphérique et à bien choisir et utiliser les aides visuelles (loupes, filtres, éclairage…) pour lui permettre de conserver la meilleure autonomie et qualité de vie possibles.

 

Prévention de la DMLA

Voici quelques conseils à suivre :

  • Privilégier le poisson (au moins 2 à 3 fois par semaine) et les fruits et légumes contenant vitamines C et E et caroténoïdes.
  • Pratiquer un exercice physique régulièrement et lutter contre la surcharge pondérale.
  • Arrêter de fumer.
  • Consulter régulièrement un ophtalmoaprès 50 ans

Sources : Journées macula et DMLA info

Share This